[écrire c’est d’abord apprendre à lire]

« Je suis une chose, prise mâle et prise femelle, il est le courant. Nous sommes dans une ampoule, protégés du monde extérieur, notre combustion se fait sans oxygène. Je suis une pute et je laisse à désirer. Est-ce que je suis fou, vraiment fou? Est-ce que je me flagelle de façon pathologique? est-ce que mon orgueil est tel qu’il me fait désirer tout et son contraire? Sûrement. […] Je n’en suis qu’au début, j’entre cela dans mon crâne. Il faut oser, détruire, il est encore temps, je veux détruire tant que j’en ai la force. La patience  et la disparition viendront plus tard. J’ai encore quelques sommets à gravir, c’est-à-dire beaucoup de pentes à descendre. Je cherche une forme de purification, par le feu, au centre du combat, dans l’agonie. Je veux continuer d’apprendre. »

La vie privée, Olivier Steiner – p.120 – collection L’Arpenteur

fuir sa vie?

N’avons-nous que ces deux options : poufiasse ou femme du monde?

Un post pour réagir à la discussion lancée par Fugu No Romance à propos de l’article de Manon TORRES : http://www.barbieturix.com/2015/12/14/ou-sont-les-femmes-genre-et-musiques-electroniques/?fbclid=IwAR1Gir_kMoXNjEc4cc6EKxUo2nU8gNvI_-bbOx-8AncudYULyaM1cHklM-8

Tourner Avec Sa Page, Vol. TT2 :: mourir bleme

Jeu de liste comprenant qui comprendra, une synthèse vocale from hell. Ainsi, je découvrai que « hell » en allemand signifie « lumineux, brillant »

Extrait de Souvenir du futur de Krzyzanowski & de Notre besoin de consolation est impossible à rassasier de Dagerman : http://chabrieres.pagesperso-orange.fr/texts/consolation.html

00 > field recording – depuis  ma fenêtre (2018)

00’28 > Windows de Peter Greenaway (1975)

04’36 > Fahrenheit de Umo-Detic (1989)

09’45 > Main theme – Hausu (1977)

12’46 > Necrofellatio B de Mauthausen Orchestra (1982)

36’58 > Tenderness de Michel Godard & Ibah Radwan

45’40 > I can’t hardly stand it de The Cramps (1980)

48’18 > Die Kinder sind allein de Clair Obscur (1984)

52’26 > Field recording – depuis ma fenêtre (2018)

Extraits des films  Mauvais sang & Les liaisons dangereuses 1961

Versus 5

Abandonnemoi

Abandonne-moi à mes désirs les plus sourds de te revoir

{inonder mes pores} 》》》》》 à nouveau

                                                          redevenir prisonnière de tes muscles

de ton musc

de tes cris déchirants

J’avale ton parfum

[embaume ta senteur]

                                                                           & exulte, -repue?

non!

inassouvie

      Abandonne-moi

enfouies-toi en moi

Nom                            nous sommes perdus

nous sommes pairs