Toujours à se plaindre, Vol. 10 – Papa, si je t’aime, je t’aime moins que le cinéma quand même

//www.mixcloud.com/widget/iframe/?feed=http%3A%2F%2Fwww.mixcloud.com%2Fisidorakaino%2Ftoujours-%C3%A0-se-plaindre-vol-10-papa-si-je-taime-je-taime-moins-que-le-cin%C3%A9ma-quand-m%C3%AAme%2F&hide_artwork=1&embed_type=widget_standard&embed_uuid=7882de0a-b5c4-45ec-b4e7-cc5a92544202&hide_tracklist=1

Toujours à se plaindre, Vol. 10 – Papa, si je t’aime, je t’aime moins que le cinéma quand même. by Isidora Kainô on Mixcloud

… Et pourtant, c’est toi qui as pris un abonnement aux chaînes cinéma sur canalsat pour que je te foute la paix avec mes films en vostfr au moment de choisir des vhs au vidéo-club par correspondance. Sans même que je fasse un caprice. Pour une fois. Tout n’est pas si rose. C’est pour ce qui suit que je te préfère le cinéma. Les vhs pour enregistrer les films étaient déduites de mon argent de poche. Cause / conséquence de mes amitiés calculées pour des revendeurs de haschich. Je ne te remercie pas, papa.

Voilà. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter la bonne écoute. Bonne écoute, donc !

BIG UP Michalek Bertier pour l’embed!

STARBACKS #1 : PUT ON MY SKIRT

               …. spéciale dédicace à Djodjo ^_^

  • Acheter une jupe trop longue chez Guérisol : facile !
  • Mettre la jupe à bonne hauteur : presque facile
  • Coudre la jupe selon les pointillés : pas facile 

… Alors si au bout de plusieurs tentatives, et si comme moi, vous êtes une gentille feignasse, y’a toujours une astuce. [réflexion] … Alors, vous pensez à cette petite chose mignonne que vous avez mis de côté, comme un petit noeud joli que vous avez gardé précieusement dans votre boîte à sortilèges (ce bas vous avait coûté si cher que vous n’aviez pas compris pourquoi, sur le coup, le noeud s’était détaché dès la première mise). Et le tour est joué !

C’est où la fête ?

Toujours à se plaindre, Vol. 9 – Bête comme chou et poire d’angoisse

 Se peut-il qu’Elle me fasse pardonner les ambitions continuellement écrasées,  qu’une fin aisée répare les âges d’indigence,  qu’un jour de succès nous endorme sur la honte de notre inhabileté fatale,
     (Ô palmes ! diamant !  Amour, force !  plus haut que toutes joies et gloires!  de toutes façons, partout, Démon, dieu,  Jeunesse de cet être-ci ; moi !)
     Que des accidents de féerie scientifique et des mouvements de fraternité sociale soient chéris comme restitution progressive de la franchise première ?…
     Mais la Vampire qui nous rend gentils commande que nous nous amusions avec ce qu’elle nous laisse, ou qu’autrement nous soyons plus drôles.
     Rouler aux blessures, par l’air lassant et la mer : aux supplices, par le silence des eaux et de l’air meurtriers ; aux tortures qui rient, dans leur silence atrocement houleux. 

Arthur Rimbaud 

Toujours à se plaindre, Vol. 8 – G FaiM (un point c’est tout)

“Après quoi il fientait, pissait, rendait sa gorge, rotait, pétait, baillait, crachait, toussait, sanglotait, éternuait et se morvait tel un archidiacre. Pour vaincre la rosée et mauvais air, il déjeunait ensuite de belles tripes frites, de succulentes tranches de bœuf grillées sur des charbons, de délicieux jambons, de savoureuses grillades de chevreaux et de force soupes de primeurs.” Rabelais, Gargantua

Toujours à se plaindre, Vol. 7 : incommunicabilté

Il était une fois, une marchande de foie qui vendait du foie dans la ville de Foix. Elle se dit : « Ma foi ! C’est la dernière fois que je vends du foie dans la ville de Foix ! » Elle sortait de chez Fiodor D., un homme malade, un homme méchant. Il a mal au foie et tant mieux si le mal empire ! Elle n’avait rien vendu aujourd’hui et se demandait : « Comment, diable, vais-je emmener Carrie au bal ? »

Toujours à se plaindre, Vol 6. Fais Pasiphaé, pas ça!

“Cet heureux temps n’est plus. Tout a changé de face

Depuis que sur ces bords les Dieux ont envoyé

La fille de Minos et Persiphaé”  (Phèdre de Racine)

Playlist à plaindre :

Thorax-Wach / Ruhe im Karton

1-Speed bike / some people know how to roll when they fall off a bike (hrsta rmx)

Boby Lapointe / L’été où est-il ?

OOIOO / AGACIM

Sage Francis / Dance Monkey

Tuxedomoon / Break the rules

Eden & John’s east river string band / i had to give up gin

Charlemagne Palestine / Timbral assault

Karen Dalton / in my own dreams

Bimbo Killers / Funny games

Bikini Kill / Hamster baby

Jacques Dutronc / fais pas ci, fais pas ça

Toujours à se plaindre, Vol.5 – cafard = crocodile.

Parce qu’on est pas des bêtes mais que le cafard rend crocodile.

Let’s dance under a nuclear moon.

Playlist :

Sine die, sane corpore / Vox Populi !
La fatigue / le syndicat electronique
J’ai 26 ans / Brigitte Fontaine
Fall / Aux raus
Phree, beyond the chasm of k holes / nUM sHAB
Desolation / Gazormass
Pourquoi faut-il que les hommes s’ennuient / Jacques Brel (chanson écrite pour l’adaptation cinématographique de Un roi sans divertissement de Jean Giono!)
Let’s read a book / A*Class
Cyberpunks are dead ! / Atari teenage riot
Ultrasadism / Whitehouse
Kettekita Yopparai / Makigami, Zorn, Ribot, Haino
Thriller, en grym film (outro) / Ralph Lundsten
Trust / Tiefschwarz
Time to go / Delia Derbyshire

http://assets.tumblr.com/swf/audio_player.swf?audio_file=http%3A%2F%2Fempilements.incongru.org%2Fcompilations%2Fnot-gay%2Ftracks%2F14%2520-%2520Bronski%2520Beat%2520-%2520Smalltown%2520Boy%2520%2528Full%252012%2520Version%2529.mp3&color=FFFFFF

On m’dit jamais rien #CXMMIIIIXILXX

“mum will never understand why you had to leave […] the love that you need will never be found at home”

Si on m’avait dit fin des années quatre-vingts quand j’écoutais ce morceau sur mon radio-cassette coincée au fin fond de ma campagne qu’en 2012 j’écouterais encore ce morceau avec autant d’ivresse (surtout due à l’alcool) entourée d’amis précieux (pas gay, hein!), j’aurais bien ri…

Cette intro a-capella, ce cri du coeur… j’en ai presque les larmes des yeux…

Merci au superbe empilement Not gay! http://empilements.incongru.org/?c=not-gay